Langue

Déclaration de Maurice KAMTO sur le massacre du 25-26 juin 2022 dans le village de BAKINJAW et sur l'incapacité du Gouvernement à prévenir des conflits intercommunautaires pourtant récurrents

Entre le 25  et le 26 juin 2022, un des plus graves massacres dûs à un conflit intercommunautaire a eu lieu dans le village de Bakinjaw, Arrondissement d'Akwaya, Département de la  Manyu dans la Région du Sud-Ouest de notre pays. Ces massacres sont consecutifs à une violente attaque  attribuée à la communauté Oliti par certaines sources non encore confirmées par les enquêtes, contre la communauté Messaga Ekol. Ils ont fait plusieurs dizaines de morts...

Déclaration de Maurice KAMTO sur l'attaque du poste du Groupement Polyvalent d'Interdiction de la Gendarmerie Nationale (GPIGN) de Njiptapon dans le département du NOUN par des éléments rebelles armés

Alors que la Nation n'a pas encore fini d'accuser le choc émotionnel de la "bavure"de certains éléments de l'armée survenue le 1er juin 2022 à Missong, dans la Région du Nord-Ouest, l'on apprend une attaque meurtrière d'un poste des éléments du GPIGN à NJIPTAPON...

Déclaration de Maurice KAMTO sur la "bavure" militaire survenue le 1er juin 2022 à MISSONG dans le Nord-Ouest, et appel renouvelé à l'arrêt de la guerre civile dans les régions anglophones du pays et à l'ouverture immédiate d'un dialogue national inclusif

Par un communiqué daté du 7 juin 2022, la communication des Armées a révélé l'assassinat, par certains éléments des Forces de Défense de neuf (09) civils, dont un enfant de 18 mois et quatre femmes, dans la soirée du mercredi 1er juin 2022 à Missong par Zhoa, dans l'Arrondissement de Fungom, Département de la Mentchum, Région du Nord-Ouest.

Déclaration de Maurice KAMTO sur le naufrage dramatique d'un bateau sur la rivière NYONG, à MALOMBO

J'ai appris avec tristesse le naufrage d'un canoë de fortune sur la rivière Nyong, dans le village de Malombo, dans la division Nyong-et-Kelle, entraînant la mort de dix personnes. La façon dont ce drame s'est produit reste à établir...

Déclaration de Maurice KAMTO sur les preuves désormais irréfutables de la manipulation de la justice, et particulièrement des juges, par le pouvoir en place

Depuis le scandale historique du Conseil constitutionnel, qui a exposé au monde les fraudes massives et sauvages du RDPC, d'ELECAM et de l'administration lors du scrutin présidentiel du 7 octobre 2018, personne de sensé ne peut plus penser sérieusement que la Justice camerounaise est indépendante...

Déclaration du Président Maurice KAMTO sur le gigantesque scandale de corruption et de manipulation des prix du marché des produits pétroliers impliquant des agents de la SNH, de la SONARA, des dignitaires du régime et le négociant anglo-suisse GLENCORE

Que de scandales sous le régime RDPC. Cette fois-ci c'est la chaîne de production et de vente du  pétrole camerounais qui est concernée.

Sur la base des procédures engagées aux États-Unis et en Grande Bretagne depuis 2018 contre le négociant des matières premières Anglo- Suisse, la société GLENCORE, pour des faits de corruption et de manipulation des prix du marché pétrolier, faits pour lesquels cette société a déjà plaidé coupable, on apprend que des personnels de la SNH, de la SONARA et des dignitaires véreux du régime en place ont perçu des pots-de-vin de près de sept milliards (7.000.000.000) de francs CFA. En contrepartie de ces pots-de-vin, le négociant GLENCORE a eu la liberté de trafiquer à sa guise les prix de vente du pétrole de notre pays,  lui faisant  perdre des sommes considérables dont les montants doivent encore être établis par un audit sérieux et indépendant...

Déclaration du Président Maurice KAMTO sur les déguerpissements de BALI / DIKOLO, la cohabitation entre citoyens camerounais et l'avenir de l'investissement national et étranger au Cameroun

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) suit avec un grand intérêt le sort des populations déguerpies à Bali - Dikolo, à Douala, le 14 mai 2022.

Cette actualité, faite de désolation, ne peut, en effet, laisser personne insensible.

D'emblée, il faut relever que cette situation est le résultat de la gloutonnerie habituelle de certains responsables publics gagnés par la frénésie de l'accaparement insatiable des biens tant publics que privés. En effet, on a préféré choisir ce site habité par de paisibles citoyens nantis de titres fonciers  que l'on dit par ailleurs inviolables, cependant que le plateau Jos où l'État est censé disposer d'une réserve foncière et qui paraît plus approprié pour un projet de cette nature et de cette envergure est partagé arrogamment entre copains usurpateurs du pouvoir...